C’est une question à laquelle j’aimais beaucoup répondre lorsque…je n’étais pas mariée.

Tu sens le frisson de l’aventure avant d’y avoir plongé. Tu imagines que la maternité sera facile, puis qu’être mère c’est à la portée de toutes, tu penses surmonter chaque difficultés avec une facilité sans pareil. Et alors célibataire et sans enfants, si tu croises une mère dont les enfants sont insupportables, tu te dis »moi ça ne sera pas pareil »…

Lorsque je me suis mariée, je n’ai pas eu peur de répondre « j’aimerais 5 ou 10 enfants »

groupe de bébés

J’avais une totale confiance en mon utérus, et je comptais bien mettre le paquet (aah oui, aujourd’hui je mets le paquet…dans les couches)

Après le premier né, j’ai été coachée, même pressionnée parce que quelqu’un dans un entourage lointain en était déjà à son 2ème enfant. Paresseuse, mais qu’est-ce que j’attendais pour remettre ça?!9 mois c’était écoulé…

Peut-être que l’on devrait imposer l’étude approfondie de la sourate Maryam aux hommes dont la femme est enceinte.

Plus particulièrement les versets relatifs à l’accouchement en fait. Et puis, ensuite,les hommes apprendraient que 6 ou 8 mois ne suffisent pas forcément pour que le corps d’une femme se remette de la fabrication(et livraison) d’un petit être.

BREF

Lorsque j’ai accouché la 2ème fois sans péridurale, ma conviction à vacillé. J’allais peut-être m’arrêter à 2 enfants finalement.

Mais Allah m’a accordé encore 2 autres enfants. Hamdoulillah. C’était mon choix que j’assumais totalement. Mais pour le dernier, pour la première fois, je me suis vraiment réveillée. Je ne voulais plus accueillir un enfant dans ce foyer. Mais en même temps je n’ai pas fait le nécessaire. Bien que je n’ai aucun regret et que j’aime chacune de mes petites têtes d’amour, je me sens parfois coupable de ne pas avoir préparé leur venue , de ne pas avoir su choisir un père et un époux. Et qu’au final ils ne vivent pas une vie d’enfants dans une famille heureuse et épanouie.

Car oui, avant de voir le mari, tu dois d’abord voir l’Homme.Et beaucoup n’ont pas les épaules assez larges pour assumer ces 2 responsabilités.

ELLE A PREPARÉ SON « BUSINESS »PLAN

Un jour, j’ai rencontré une soeur qui m’expliquait qu’elle et son mari s’étaient tout deux préparés à l’arrivée d’un enfant. Et d’un commun accord, ils avaient décidés de commencer d’abord avec 2 enfants pour pouvoir se concentrer pleinement sur leur éducation.

Mes 2 pieds dans la galère avec mes 4 enfants, j’avais trouvé ce choix de vie judicieux.

AVOIR DES ENFANTS, C’EST UN INVESTISSEMENT

babies

Au delà de l’aspect financier bien sûr. Oui, là je parles de l’investissement physique et psychologique:-)

Je brûle de te donner des exemples mais bon si je dois écrire un roman, il vaut mieux pour toi que ce ne soit pas celui-ci!

En effet, ne devons-nous pas planifier leur arrivée? Et non pas se contenter de rêver l’arrivée de bébé ,un sourire béat aux lèvres? Ne plus se contenter de flatter l’égo et la virilité de son époux.

ô peut être ne te sens tu pas concernée. Mais crois-moi, beaucoup de femmes de la communauté le sont. Mariée ou pas, tu l’es. Oui tu es concernée chère soeur.

Je pense aux soeurs qui ne sont pas encore enceintes mais qui vivent un calvaire avec leur maris et qui sont dans des situations extrêmement précaires. Et pourtant, l’orgueil ou l’envie de faire plaisir au mari, transportées souvent par  l’amour, influencées par la famille ou tout simplement influencées par l’envie qu’elles éprouvent lorsqu’elles voient d’autres qui ont des enfants…Ce mariage va dans le mur, mais qu’importe parfois ça va bien, et on fait un enfant dans l’humeur du moment entre 2 réconciliations.

Parfois , certaines décrochent, ne peuvent plus supporter les cris ou les pleurs. C’est difficile de répondre aux besoins de chaque enfant, d’avoir l’oeil sur tout, de conserver un calme olympien devant les bagarres ou disputes continuelles…de garder sa maison comme un sou neuf 24h/24h, 7 jours sur 7 ,du matin au soir…et en leur présence svp (s’il te plaît si tu y arrives, donnes-moi ton secret). C’est un aspect qui rejoint vite celui du conjugal. Beaucoup d’hommes ne sont pas compréhensifs ou pas patient. Ils ne sont pas aptes à être des partenaires et ils deviennent finalement des bourreaux ou se transforment en l’Homme Invisible.

A qui pense-t-on?Ou plutôt à qui ne pense t-on pas,dans cette histoire? Aux enfants!

Mais l’épouse n’est pas la seule coupable. L’époux aussi. « je veux tant d’enfants! »

Oui, mais…seras-tu là lorsque ton nouveau né criera à plein poumons, à 3h du matin et que fatiguée de s’être levée 2-3 fois dans la nuit, ta femme aura la flemme de le changer?

Et toi ma soeur, si tu vois que ton mari n’est pas du genre à s’occuper de ses enfants, il est préférable sans doute de lui proposer de vous laisser du temps pour espacer les grossesses et vous concentrer sur le ou les premiers enfants.

 

AU FINAL,C’EST EUX QUI PAIENT

Tu veux des enfants. Si tu en a la capacité vas-y fonce. Mais j’ajouterais  soit sûre d’avec qui tu fais des enfants. Analyse votre couple, ton époux, car les enfants arrivent, mais les hommes ne sont pas toujours au rendez-vous comme nous le voudrions. Si tu crois qu’il se lèvera comme toi tu le fais à chaque pleurs, qu’il détiendra ton record de changement de couches lors des coliques de votre enfant, ou le bercera chaque nuit lorsqu’il fera ses dents…tu peux dès à présent te mettre le doigt dans l’oeil…euh non!Finalement ne le fais pas après tu ne pourras plus me lire;-)

Ce sont les enfants qui payent un mauvais père, ce sont eux qui se construisent sur le modèle d’un homme qui bat ou néglige sa famille ou son épouse, ce sont eux qui ont des peurs, des angoisses au souvenirs des disputes entre papa et maman. Que tu restes ou que tu partes, ils vivent et traversent ce que tu endures.

Et si tu divorces, crois-moi..ou pas mais lorsque ton ex referas sa vie, le côté positif, c’est que tu l’auras encore moins dans la tienne. Le côté négatif, c’est qu’il y’a de (très)fortes probabilités qu’il en soit de même pour la vie de tes enfants.

Donc fais des enfants,mais rappelle-toi que si on dit « qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné », il en est de même pour des enfants, il vaut mieux pour eux qu’ils naissent dans un foyer sain, que d’être mal accompagnés tout au long de leur vie et d’en souffrir.

VISER LA QUALITÉ&RENOUVELER SON INTENTION

Ne visons plus en premier lieu sur le nombre mais sur la qualité!

Faire des enfants , c’est un engagement à 2. Mais il faut aussi y mettre une intention sincère en faisant des enfants en vue de satisfaire Allah et non pour flatter notre égo! Permettons-nous de leur accorder pleinement du temps, de l’amour, de l’attention. Nous pouvons nous concentrer plus facilement sur leur apprentissage religieux, leur développement personnel. Investir du temps pour leur épanouissement quotidien.

Et tout cela en vue d’en faire des musulmans et adultes heureux ,responsables et utiles à la oumma.

Et toi,qu’en penses-tu?