réeducation du périnée: sage-femme ou boules de Geisha!

Les vendeurs de sex-toys ont trouvé un argument solide leur permettant d’atteindre une nouvelle cible pour qui le plaisir en solitaire est proscrit.

boules-geisha

En vendant leur produit sous couvert de réeducation du périnée, ils sont donc parvenus à surmonter les difficultés et vaincre les dernières appréhensions. C’est ainsi que de plus en plus de femmes, y compris dans la oumma, optent pour ce « joujou ».

Et il est vrai que les arguments pour acheter les boules de Geisha sont plutôt attrayant: « un périnée d’acier », « plus de plaisir », « une libido ravivée ». Et franchement en lisant tout ça on s’imagine telle une reine, que dis-je, une geisha de la couette…Et puis, c’est clairement avantageux car pas besoin de sortir de chez soi pour se rendre à des rendez-vous avec la sage-femme ou une kiné. On aime le côté pratique et on peut espérer des résultats rapides…

A présent un peu d’histoire…

Sur le site lelo.com, on apprend donc que

« Précurseurs des outils de plaisir, les boules de Geisha sont un peu l’ancêtre illustre, célèbre et respecté des sex-toys. Elles seraient apparues au Japon aux alentours du 5ème siècle de notre ère et étaient alors destinées aux Geishas, donc. Elles les utilisaient pour entretenir vigueur et maitrise de leur sexe pendant les absences des samouraïs partis au combat parfois très longtemps. Elles avaient ainsi plus facilement et plus rapidement des orgasmes à leur retour.En Chine, ces boules étaient un secret bien gardé dans la cour de l’Empereur. Alliées de ses concubines, elles leur permettaient de conserver au fil des années une tonicité de jeune femme et de rester compétitives face à la jeunesse concurrente mais non encore détentrice de leur expertise en volupté. »

ça c’est pour le côté « geisha de la couette »

mais là où on voit que l’on a affaire à un véritable « sex-toy »c’est dans ce passage…Je cite l’auteur du site:

« Des vibrations agréables

Afin de retenir les boules de Geisha emprisonnées agréablement dans votre sexe, vous allez devoir contracter votre périnée et pourrez ainsi ressentir des vagues de plaisirs dans votre bassin. De plus, les petites billes à l’intérieur des boules se déplacent en suivant les mouvements de votre corps. Chaque geste un peu ample les fait donc rouler dans diverses directions, entraînant des petites vibrations agréables et qui résonnent dans tout votre corps. »

Certaines femmes atteignent l’orgasme au moment d’ôter les boules de Geisha. Cela s’explique par la stimulation qui a précédé et la contraction répétée des muscles du périnée. La libération soudaine des boules à l’aide d’un geste bref met alors à contribution tous ces muscles d’un coup ! »

No comment.

Si l’on opte pour cette solution, faisons bien attention à ce que nous avons entre les mains. Car on ne peut se passer de l’avis d’une professionnelle de santé. La  réeducation du périnée  se fait en premier lieu avec une kiné ou une sage-femme (et même si elles sont amenées à utiliser ce sex-toy, au moins pas de risque d’être livrée à soi-même dans son utilisation, pas de dérives car ce sera accompagné d’exercices périnéal).

« Mais avant toute chose, il est recommandé d’effectuer un bilan périnéal auprès d’une sage-femme ou d’un kinésithérapeute. En fonction de ce bilan, ce dernier pourra vous accompagner pour la rééducation et vous conseiller l’utilisation des boules vaginales. Seul bémol à ce jour : il existe peu de sages-femmes ou de kinésithérapeutes formés aux boules de geisha comme outil de rééducation post-natale. Or, l’encadrement est essentiel : « Pour certaines femmes, tenir 15 minutes avec les boules de geisha demande une grande vigilance tandis que d’autres peuvent les porter 3 heures d’affilée (non recommandé au-delà). Au contraire, certaines ne « tiennent » pas les boules. Ce n’est pas grave mais déstabilisant ! C’est pourquoi le mieux est de se faire accompagner par un professionnel qui proposera un travail personnalisé et adapté », recommande la spécialiste. » (Sophie Frignet, sage-femme, formatrice à l’Institut de Gasquet à Paris, dans une interview sur le site doctissimo.fr)

Attention donc à ces fameux joujous, que l’on présente comme un nouvel outil d’exercice du périnée.

« Bienheureux sont certes les croyants,ceux qui sont humbles dans leur prière,qui se détournent des futilités, qui s’acquittent de la zakât, et qui préserve leurs sexes (de tout rapport),si ce n’est qu’avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent,car là vraiment,on ne peut les blâmer; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs. » (sourate Al Mu »minûn, verset 1-7)

Au sujet du dernier verset, l’Imam Ibn ‘Atiyya al-Andalusî, a dit: le verset signifie que la fornication, la masturbation et les relations sexuelles avec les bêtes sont interdites ».

Bien qu’il y ‘ait beaucoup d’avantages, ça reste et ça restera toujours un sex-toy, c’est-à-dire un objet voué à procurer du plaisir.

En attendant, il y’a un site et une application mobile, moins glamour et plus laborieuse à cause du « travail » et la concentration que l’on doit fournir dans les exercices de réeducation mais sans amalgames et sans risques de se retrouver dans des situations illicites où gênantes.

 

About the author

Oum khadidja

Leave a comment: