bed2

« T’as fini ton bain ? »

 

Yamina avait débarqué dans leur chambre à coucher, enveloppée dans son peignoir avec son petit plateau…et son musulmane’s today magazine. Elle avait grand besoin de repos.

Le matin très tôt, elle avait déposé l’un de ses 3 enfants à l’école Et chacune sait que plus on a des enfants, plus une simple sortie ressemble à un voyage…Puis direct le supermarché pour les courses du mois. Puis, zou à la maison, pas le temps de se reposer. Elle avait pu trouver un peu de temps pour reprendre sa lecture du coran. Pas de pause dodo. Tu sais bien : « une fois maman, la sieste, tu ne connais point ».

Le petit dernier apprenait tout juste à aller au pot. Elle l’avait retrouvé 2 fois derrière le rideau, une fois pour faire un pipi, la deuxième…pour la grosse commission. Il n’y’avait eu finalement que le pot impec qu’elle n’avait pas eu à nettoyer.

15h30, il fallait déjà sortir pour être à 16h30 pour récupérer son fils à l’école qui se trouvait un peu plus loin en ville. Une fois à la maison, ménage, repas à donner aux enfants, vaisselle, elle n’arrêtait pas.

Donc après le coucher des p’tits,les pieds en compote, et des courbatures, elle voulait une chose : souffler.

« Oui j’ai fini mon bain. »Dit-elle en s’installant confortablement dans le lit aux côtés de son époux. Son magazine MusulmaneToday’s magazine.

Elle avait cru qu’il était endormi..mais non.

-Mais rendors-toi il se fait tard, demain tu travailles.

-Merci je ne suis pas un enfant. Et si tu déposais ton plateau et te rapprochais un peu ?

Il se redressa.

-Non, c’est bon. Ecoute, Yacine, je suis très fatiguée et j’aimerais juste gratter quelques minutes pour me détendre…j’ai passé la journée à m’activer…

– Et moi alors, je te rappelle que j’étais au bureau, j’ai taffé aussi !

-Ok, mais en rentrant j’étais là pour te servir ton repas que tu as mangé devant ton écran d’ordi, laver la vaisselle, et ranger ce qui trainait !

-Si tu veux quelques minutes, je peux attendre, tu me réveilles quand tu as fini.

– non j’ai envie de dormir ensuite s’il te plaît. Demain, je serais plus en forme et je mettrais ta tenue préférée, incha Allah.

-C’est toujours pareil, t’es jamais dispo !

-Non c’est faux !Et hier ?et avant-hier ?Et ce matin?!

-Moi, je te le dis, tu devrais apprendre le hadith par cœur. Et il le récita du début à la fin.

D’après Abou Hourayra (radhi ‘ala anhou), le Prophète (sallallahou ‘alayhi wa salam) a dit : « Si l’homme appelle sa femme au lit (pour des rapports conjugaux)et qu’elle refuse, le mettant en colère toute la nuit, les anges la maudissent du matin au soir».

Tu veux dire « jusqu’au matin plutôt« le reprit-elle

« Oui, c’est cela. Médites là-dessus incha Allah. Sur ce ,passe une bonne nuit »

 -Ok, ok, c’est bon. Puisque tu mises plutôt sur la quantité plutôt que la qualité, ben voilà, je suis dispo !

Et elle s’étendit les bras le long du corps, un air tragique et résigné.

-Non merci. Là je sens que tu vas faire que parler. Je te connais. À demain incha Allah.

Il se recoucha et lui tourna ostensiblement le dos. Il était très fâché, la journée de demain, promettait…

Ben si c’était comme ça, elle n’allait pas insister et puis, elle avait finalement accepté, c’est lui qui avait refusé.

Elle s’adossa confortablement contre le gros oreiller. Mais l’envie de se détendre l’avait quitté.

En vérité, elle bouillonnait qu’il ne soit pas plus clément envers elle. À agir comme si elle ne répondait jamais à ses appels. Pire, à ignorer sa fatigue et les efforts qu’elle faisait !

« Ya Allah, fais qu’il se rende compte de sa dureté à mon égard et qu’il change,amine »

C’est là-dessus q’elle s’endormit profondément.

Le lendemain, c’était Vendredi. Yacine profitait de cette journée pour se reposer et profiter de sa petite famille…et bien sûr aller à joumou’a.

…C’est la raison pour laquelle Ibn Taymiyya a écrit que l’épouse a le devoir d’accorder à son mari la satisfaction sur le plan intime dans la mesure des points suivants :

Mais aujourd’hui, il était de mauvaise humeur à cause de la veille.

Le prêche avait été bien choisi, pensa t-il, ironiquement. La voix imposante de l’Imam résonnait dans l’immense salle de prière.

– a) quand le mari en exprime le désir ;
– b) mais dans la mesure de ses possibilités (physiques) à elle,
– c) et tant que cela ne l’empêche pas d’effectuer d’autres choses nécessaires qu’elle a à faire.

« Pas de tort [fait à quelqu’un] et pas de tort [gratuit] [fait à quelqu’un] » . Oui akhy! C’est un hadith rapporté par Malik.

…Mais aujourdhui, tu as des frères qui obligent leurs femmes à avoir des rapports qu’elle soit fatiguée ou pas, malade ou pas et parfois jusqu’à 3 à 4 fois par jour !Prends-soin de ta femme akhy, ne l’opprimes pas!Ne laisses pas le shaytan se faufiler entre toi et ton épouse! »

Il y eut un brouhaha parmi la foule d’hommes qui étaient assis autour de lui.

« C’est ma femme qui l’a appelé ou quoi ? »

« Mes frères, craignez Allah ! »

Sur le chemin du retour, il se dit qu’il ferait des efforts pour parfois prendre son mal en patience.

Le soir, après le coucher des petits, Yamina s’était retirée discrètement pour se rendre dans la salle de bain et se préparer. Au cours de la journée, elle était parvenue à mettre de côté sa rancœur. Elle ferait le premier pas….encore.

C’est fière de son apparence et de ses efforts, qu’elle sortit de la salle de bain. Avec une aura de parfum, elle se glissa dans le lit en faisant assez de bruit pour que Yacine se retourne et découvre la beauté fatale qu’elle était.

Elle l’interpella d’une voix sucrée et tapotant son oreiller, s’installa nonchalamment :

« Je voulais te dire..je suis désolée pour hier. »

Il se retourna.

-T’inquiètes ya pas de soucis, t’es pardonnée. Je m’excuse aussi. J’ai compris, t’étais fatiguée, je ferais des efforts incha Allah.

Yamina fut agréablement surprise.Habituellement, il ne serait pas passé à autre chose aussi rapidement.

-T’es belle macha Allah.

-Baarakallahoufik, répondit-elle tout sourire.

-J’avais prévu un film pour ce soir
, « le boxeur manchot »

Yamina fit la grimace en regardant le DVD dans la main de son époux. C’était un film de karaté. « Ah la bonne blague ».Et elle le lui retira des mains pour le poser sur sa table de chevet.

-Garde le pour un soir où je me reposerais incha Allah.

-Ok, et..au fait…t’as appelé un imam ces derniers temps ?

-Non, pourquoi ?

-Non, non pour rien, t’inquiètes… »