Une femme seule

La violence conjugale est quelque chose qui ne devrait tout simplement pas exister dans les relations de 2 croyants qui se sont choisis pour s’accompagner sur le chemin de la foi et se sont liés devant Allah. Beaucoup choisissent de se replier sur elle-mêmes.

Au début, elles ont sûrement des sursauts de lucidité mais vite étouffés par un entourage qui les forcent à rester avec leur conjoint violent. Elles peuvent aussi choisir de rester car elles n’ont pas la capacité de prendre soin d’elle-même sur le plan financier ou ne sachant pas lire ou écrire, n’ayant pas de famille ou d’amies, ne sachant finalement pas vers qui se tourner. Parfois c’est le fait d’avoir des enfants, qui les fait rester. »je ne veux pas que mes enfants souffrent de la séparation »; »je ne veux pas qu’ils grandissent sans père ». Et souvent tout simplement, c’est juste qu’elles n’en ont tout simplement pas la force.

Elles jugent qu’elles sont mieux avec cet oppresseur que seule avec un statut de femme divorcée. Il y’a aussi l’appréhension des démarches à effectuer, la peur que leur conjoint prennent leurs enfants ou redouble de violence à leur encontre…

Dans ce genre de cas, l’épouse dont l’intégrité physique et mentale sont bafoués, va tout simplement se renfermer davantage et abandonner tout désir d’améliorer sa situation. (lire notre article sur (les formes de violence conjugale)

Ô ma soeur sache que si tu es victime de violence conjugale, il est préférable pour toi de ne pas rester dans cet état et de le signaler. Fais intervenir une ou des personnes de votre entourage ou un responsable religieux neutre.

Ta pratique religieuse, ton épanouissement spirituel ne peuvent avoir lieu que dans un climat d’amour,de respect, de bonté et de respect mutuel.

Si tu as des enfants, c’est encore plus de ton devoir de ne pas baisser les bras en cherchant des solutions. Sois courageuse et remets toi-en à Allah, car il n’abandonne pas sa créature, et encore moins celui qui est opprimé. Lèves-toi aux aurores et implore-le de t’aider, de t’accorder une meilleure issue.

Qu’Allah facilites nos soeurs, et non soeurs, car après tout la violence conjugale n’a pas de confession.