Faillite à l’école française

livre

Le résultat des nouvelles méthodes d’apprentissage est que le niveau des élèves est relativement bas, si ça ne débouche pas dans le pire des cas à de l’illettrisme. Sujet tabou dans nos contrées d’ailleurs mais oui ,ça existe.

On ne peut pas se reposer indéfiniment sur l’école

pour former nos enfants.

Tout commence à la maison avec un suivi et un soutien systématique.

Préférez la méthode syllabique pour l’initiation de vos enfants à la lecture,plutôt que les méthodes « modernes ».

 

je suis une « enfant de la république » et ce malgré toute la symbolique que le gouvernement a crée autour du voile, car j’ai reçu l’enseignement de l’école française.

 

Bien que j’en garde quelques bons souvenirs, notamment ceux liés à mon enfance ou bien mes cours de français ou d’histoire qui étaient mes préférés, j’en garde aussi de mauvais souvenirs, mon redoublement de CP justement car je ne savais pas lire. Comment j’ai finalement appris?Je ne sais même pas. Ou, au collège mes rencontres avec le conseiller de sorientation.

 

Mais par la grâce d’Allah je fais partie de ceux qui ont pu tirer profit d’un système médiocre.

 

Les seuls qui font la différence ce sont de bons professeurs qui enseignent par vocation et qui aimant leur boulot se sont donné pour objectif de ne pas laisser leur élèves sombrer dans un abîme d’ignorance.

 

D’ailleurs, outre les inégalités scolaires dû à la catégorie sociale, on constate également une forte inégalité entre secteurs et établissements:

Extrait d’un texte provenant de l’observatoire des inégalités

Or les établissements performants sont plus souvent, en moyenne, ceux qui accueillent un public de milieu aisé. On sait, depuis les analyses de Coleman dans les années 60, que la composition du public d’élèves est un ingrédient important des progressions et du vécu scolaires, avec en particulier de meilleures progressions dans les écoles au public socialement favorisé [3]. De fait, en France, la plupart des traits de fonctionnement associés à plus d’efficacité sont moins souvent présents dans les collèges à recrutement populaire : la discipline y est moins assurée, l’exposition aux apprentissages moins intense, la couverture des programmes moins complète (etc.). A l’inverse, quand domine un public favorisé, la culture et les normes de conduite des élèves sont plus proches des attentes de l’institution, d’où un climat plus favorable aux apprentissages, un niveau d’exigence plus élevé… Une partie de l’efficacité de ces écoles est donc en quelque sorte « apportée » par les élèves : ce sont leurs caractéristiques sociales et scolaires qui, en interaction avec les enseignants, contribuent à composer un environnement de qualité inégale.

 

N’attendez pas de l’école française qu’elle apprenne à vos enfants à développer et exploiter tout leur potentiel, ne les laissez pas devenir des produits d’un système qui court à sa perte mais faites d’eux des porteurs de savoirs.

Je vous quitte sur cette vidéo d’un colloque organisé par l’association « sos education ».

Le thème est le combat à mener contre l’illétrisme.

 

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=uImikin8Zgk

About the author

Oum khadidja

Leave a comment: