Le burn out maternel…on en parle et en reparle. Toutes les femmes peuvent être concernées par ce symptôme.

Les facteurs déclencheurs sont nombreux mais arrivent de manière globale lorsque nous avons déjà plusieurs enfants notamment en bas âge.

La femme enceinte et ayant déjà des enfants est encore plus touchée par le burn out.

Attention! Le burn-out est différent du baby blues, qui lui survient après un accouchement.

Quand être mère devient synonyme de crise

Avant d’être mère, il se peut que l’on ai un idéal, une image de mère parfaite. Du coup, on en fait plus que ce que l’on devrait, on ne s’autorise pas les moments de détente auquel on a pourtant le droit. Combien de fois, avons nous dû refreiner une envie de dormir ou de manger car nos petits avaient besoin de nous?

Nous sommes capables de sauter des repas car nous n’avons pas fini nos tâches, nous faisons passer les besoins de nos enfants et maris avant les nôtres.

J’ai été affligée lorsque je suis devenue mère de voir que dans notre société actuelle, le rôle de la mère est idéalisée. Vous n’avez pas le droit à l’erreur que ce soit dans votre entourage ou du point de vu extérieur. Vos choix concernant vos enfants, seront décortiqués, analysés et même jugés!

Mon sentiment de malaise a été renforcé lorsque j’écoutais des rappels sur le rôle tant de la mère que celui de l’épouse. Je me disais « olàlà, j’ai tant à accomplir, il y’a tant à faire, serais-je à la hauteur? » Car d’écouter des prêches fait parti des causes pour renouveler sa foi, cela aide et encourage. Mais mettre en pratique tout ce que l’on entend au sujet de la femme musulmane, au quotidien cela est autre chose.

Et pourtant, ce n’est pas une raison pour se décourager et se dire que l’on y arrivera jamais, au contraire! On peut arriver à tout en faisant preuve de sincèrité, de tenacité. On peut atteindre son propre idéal, à nous de nous en donner les moyens!

Alors devant la hardiesse de la tâche, on est parfois amenée à craquer. Mais enfin, on a bien le droit! Devrait-on aussi y ajouter de la honte?!

Alors quels sont les symptômes du burn-out et êtes-vous concernée?

-Les facteurs sont la dépréciation de soi: on  se sous-estime ainsi que ce que l’on accompli en tant que mère et/ou épouse au sein de son foyer. « Je ne suis pas une bonne mère »; « je ne fais pas assez pour ma famille »

– On est épuisée moralement et physiquement. Tout devient une corvée, une tâche lourde à accomplir

– On a du mal à gèrer ses émotions, notamment le stress. On devient à fleur de peau et/ou aigrie

Au cours de sa vie, la femme doit faire face à beaucoup de choses, contrairement aux hommes nous réagissons toujours de manière très impliquée sur le plan psychologique.

Nous vivons les évènements et les émotions de manière intense, du moins en comparaison aux hommes qui eux, n’ont pas autant de rôles à accomplir.

Disons que eux, ils vivent cela mais de manière autre: « je sais que tu souffre, mais as-tu prévu quelque chose à manger pour ce soir,et tu sais ou sont mes chaussettes? »

Mais hamdoulillah, tous ne sont pas comme ça! Donc dans le cas où vous avez un mari compréhensif et qui ne réchigne pas à accomplir quelques tâches, exploitez cela de manière efficace.

 

Cuisinière, ménagère, gèrante du foyer, superviseur, arbitre , éducatrice, nounou (lol), aide-soignante, épouse, amie, amante…(j’en oublie?)

Que de rôles pour une seule femme!

Pour éviter le burn-out les actions sont tellement simple mais pleines de résultats

– s’octroyer du temps et du bon temps; c’est à dire se reposer, se chouchouter, le must s’offrir des vacances, même en weekend chez votre mère ou votre soeur de l’autre côté de paris.- Lorsque vous êtes trop fatiguée, donnez des activités à vos enfants, faites leur faire la sieste ou tout simplement mettez-leur un dessin animé ou une émission éducatifs et dormez!Que ce soit 15 minutes ou 45 minutes, il faut que vous puissiez retrouver de l’énergie. Même les batteries de nos portables ont besoin d’être chargés! Mais nous nous ne sommes pas des machines ,le panne chez nous, c’est le burn-out.

-Demander à son époux, un membre de la famille ou une amie, de nous relayer dans certaines tâches, et ne pas attendre la crise.

– Faire garder ses enfants par le mari ou l’entourage. Même quelques minutes ou quelques heures. Le but est de se permettre de souffler et se remettre les idées en place.

-Apprendre à gèrer ses émotions.

– Apprendre à gèrer son temps

-Avoir des activités à l’extérieur (comme des cours de religion/de langues, du sport, des activités associatives culturelles ou créatives)

– Ne pas rester isolée. C’est dur selon le milieu, l’environnement dans lequel on évolue mais il y’a de nombreuses associations musulmanes qui luttent contre l’isolement en nous permettant de nous rencontrer, de participer à des évènements, etc

Allez courage!

Qu’Allah nous facilite,amine

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *